7 curiosités de la langue française

CuriositéSouvent qualifiée de langue complexe, la langue française n’en est pas moins colorée et est, à sa façon, riche en subtilités.

C’est ce qui nous amène aujourd’hui à écrire ce billet alors que nous vous invitons à découvrir 7 curiosités de la langue française, ces petites choses qui donnent à notre langue une couleur qui lui est propre !

Bonne lecture !

 

1- Les mots les plus longs et les plus étranges

On peut être surpris à la vue de certains mots qui composent notre belle langue puisqu’elle est formée de quelques curiosités linguistiques !

Mot ayant le plus de consonnes à la suite

Bortschs (6 consonnes) : Un mets russe à la base de crème, de potage de betteraves et de choux.

Mot le plus long

Selon le dictionnaire, il s’agit, comme vous le savez probablement, du mot « anticonstitutionnellement », qui compte 25 lettres !

Mais la langue étant ce qu’elle est, c’est-à-dire qu’elle évolue et se spécialise, le réel champion du mot le plus long appartient au domaine de la chimie et comprend 50 lettres ! Ce mot ? Diisobutylphénoxyéthoxyéthyldiméthylbenzylammonium !

2- Mille et son invariabilité historique

Lorsqu’il s’agit de l’unité de longueur, qui, historiquement, désignait une distance de mille pas (qui pouvait, bien entendu, varier d’une région à l’autre), le mot « mille » s’accorde.

Exemple : Il a parcouru 8 milles pour se rendre ici.

Par contre, ce n’est pas le cas de l’adjectif numéral cardinal, qui ne varie pas.

Pourquoi « mille » est-il invariable ?

Historiquement, « mille » était la forme plurielle de « mil ». C’est pourquoi ce déterminant conserve toujours la même graphie.

Exemple : J’ai payé trois mille dollars pour cette automobile.

 

3- Des mots qui se contredisent !

Certains termes peuvent parfois s’avérer contradictoires !

On n’a qu’à prendre, par exemple, le mot « amateur », qui, à la fois, signifie « un connaisseur, un fervent » et « un profane, un débutant » !

On remarque la même chose avec « champion », qui sous sa forme première, a le sens de « un expert, le meilleur dans son domaine », mais qui, utilisé ironiquement, signifie tout le contraire !

 

4- Des adjectifs qui n’ont qu’un seul genre !

C’est le cas notamment de « bée » de la célèbre expression « être bouche bée » soit la bouche grande ouverte devant l’étonnement ! En effet, cet adjectif n’existe qu’au féminin puisqu’il n’y a pas d’utilisation de celui-ci à une quelconque forme masculine !

Il en va de même pour « enceinte » puisque, bien sûr, il est plus rare de voir un homme « enceint » !

5- Possible

L’adjectif « possible » est aussi un peu particulier.

Invariable

Il est invariable lorsqu’il est placé après le meilleur, le moins, le plus, les plus, etc. qui sont des superlatifs. Dans ce cas, « possible » ne se rapporte pas à un nom ; il signifie plutôt « qu’il est possible » et c’est pourquoi il reste invariable. Si « possible » suit immédiatement le nom, l’accord est admis, mais l’invariabilité est préférable.

Exemple : Nous tentons de prendre les meilleures décisions possible.

Il en est de même lorsque le mot « possible » se rapporte à un adjectif, à un adverbe, à un participe ou à un verbe, tout en étant placé après un superlatif.

Exemple : Prenez le moins de risques possible.

Variable

« Possible » sera variable quand il est adjectif et qu’il qualifie un nom.

Exemple : Elles m’ont transmis tous les renseignements possibles.

 

6– Des anagrammes de circonstance !

Vous connaissez les anagrammes ? Ce sont des mots qu’il est possible d’obtenir en mélangeant les lettres d’un autre mot ! Jusque-là, rien d’extraordinaire ! Mais saviez-vous que certaines anagrammes sont également liées par le sens ?

Pensez à « chien » et « niche », à « soigneur » et « guérison » ou à « endolori » et « indolore », qui, eux, sont opposés !

 

7- Gens et son genre variable

Le petit côté unique du nom « gens » l’amène à être à la fois un mot ayant un genre masculin et… féminin ! Cette incertitude grammaticale quant à son genre provient d’une autre époque alors que le mot « gens » était en fait la version du terme « gent », qui désignait une race ou une nation. Avec le temps, le terme en est venu à représenter « les hommes » amenant ainsi son genre masculin.

Depuis, lorsque « gens » est précédé immédiatement d’un adjectif ayant une forme différente au féminin, on met ce dernier au féminin. Si cet adjectif à la même forme dans les deux genres, il demeure masculin. Il en va de même si l’adjectif est placé après le nom « gens ».

Exemples :

Ces bonnes gens travaillent fort.

Quels braves gens ai-je rencontrés !

Ces gens heureux sont un modèle de joie de vivre.

 

Voilà ! Nous espérons vous en avoir appris davantage sur notre langue française avec ces observations hors du commun !

3 commentaires

  1. Mori Lague a dit:

    le mot de “chimie” que vous énoncez n’est pas un mot, mais une formule… et puisque nous y sommes, certaines formule chimiques ont plus de 1000 caractères!

  2. Mori Lague a dit:

    d’ailleurs… la titine a près de 190 000 caractères..! Le mot le plus long de la langue française qui est lexicalisé demeure anticostitutionnellement!

  3. Jj a dit:

    anticonstitutionnellement
    PAS
    anticos…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *